Docteur Jacky Brazy, hypnothérapeute

méthode du "rêve construit"

Pourquoi l'hypnose est bénéfique contre l'anxiété

L'anxiété est un symptôme banal et fréquent de la pathologie mentale. Parfois elle modifie la vie du sujet car elle est intense et aiguë. Dans d'autres situations, elle est chronique, permanente. Il est important pour le thérapeute de bien analyser le type d'anxiété. D'abord parce qu'elle relève de structures psychologiques différentes ensuite parce que le traitement sera différent.



Si la crise d'anxiété est aiguë, il faut s'attacher à rechercher une décompensation névrotique, un accès mélancolique exprimé par l'anxiété ou une angoisse de personnalisation inaugurale d'une psychose schizophrénique.

A l'inverse, les états chroniques d'anxiété orientent plus volontiers vers un état névrotique, plus ou moins structuré mais parfois il peut s'agir de certains états dissociatifs et chez les sujets paranoïaques.

Les crises d'angoisse névrotique ou psychotique constituent des urgences et doivent être traitées comme telles pour qu'elles disparaissent rapidement. L'hospitalisation s'impose.

Les crises aiguës d'anxiété de structure psychotique s'hospitalisent d'urgence en milieu spécialisé.

Les états chroniques d'anxiété traduisent souvent des structures névrotiques mal organisées et mal compensées. Ils répondent bien à la thérapeutique par tranquillisants et à l'hypnose.

L'anxiété est un symptôme banal et fréquent de la pathologie mentale. Mais pas nécessairement. D'ailleurs qui dans sa vie ne s'est jamais senti anxieux. Doit-il en conclure systématiquement qu'il est un malade mental ? Certes non.

Cependant, parfois elle modifie la vie du sujet car elle est intense et aiguë. Dans d'autres situations, elle est chronique, permanente. Il est donc important pour le thérapeute de bien analyser le type d'anxiété. D'abord parce qu'elle relève de structures psychologiques différentes ensuite parce que le traitement sera différent.

Si la crise d'anxiété est aiguë, il faut s'attacher à rechercher une décompensation névrotique, un accès mélancolique exprimé par l'anxiété ou une angoisse de personnalisation inaugurale d'une psychose schizophrénique. L'hypnose ne sera pas d'une bonne utilité.

A l'inverse, les états chroniques d'anxiété orientent plus volontiers vers un état névrotique, plus ou moins structuré. Parfois il peut s'agir de certains états dissociatifs et dans d'autres cas présents chez les sujets paranoïaques.

Les crises d'angoisse névrotique ou psychotique constituent des urgences et doivent être traitées comme telles pour qu'elles disparaissent rapidement. L'hospitalisation s'impose.

Les crises aiguës d'anxiété de structure psychotique s'hospitalisent d'urgence en milieu spécialisé.

Les états chroniques d'anxiété traduisent souvent des structures névrotiques mal organisées et mal compensées. Ils répondent bien à la thérapeutique par tranquillisants et à l'hypnose.

Tout d'abord le choix du thérapeute est important. Outre ses compétences, il est impératif qu'une relation de confiance existe. Il faut savoir que le sujet est à la fois acteur et témoin de son expérience hypnotique. Il constatera les améliorations physiques qui se réaliseront. Ce qui prouve qu'il existe une l'interdépendance du corps et de l'esprit. Car l'hypnose agissant sur le cerveau va entrainer des modifications physiologiques objectives. Ce phénomène est connu de longue date. Déjà, le Colonel de Rochas avait objectivé celui-ci en suggérant des brûlures (2ème degré).

Pour ma part je considère qu'une transe hypnotique s'inscrit, s'enregistre dans la mémoire de la même façon qu'une situation réelle. Plus elle sera proche d'une situation réelle, plus elle sera considérée comme « réelle » dans l'inconscient du sujet. Et lorsque le sujet fera référence à son vécu, il puisera en lui même la « réalité virtuelle » qu'il aura enregistrée. Si sa transe hypnotique a mis en place la structure nécessaire pour l'amélioration de son symptôme, ici l'anxiété, l'amélioration clinique sera franche, réelle et durable.

Rue Prévost-Martin 53, 1205 Genève

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.